Learning from our enemies (French translation)

Apprendre de nos adversaires
Nul ne peut nier l’efficacité organisationnellle de la gauche radicale. Ils transportent par bus des manifestants, parfois professionnels, mais le plus souvent des volontaires motivés idéologiquement, d’une ville à une autre à travers tout le pays pour tirer parti des occasions fabriquées par les média. Que celles-ci soient selon les cas Black Lives Matter, les Réfugiés Musulmans, le Droit à l’Avortement ou ceux des LGBTQ, ils sont sur toutes les chaînes, dans tous les journaux ou toutes les discussions, et non seulement parce qu’ils ont les média sous contrôle de leur côté, mais parce qu’ils sont bien organisés. Ils ont leur truc bien en main. Ils y arrivent par le biais du militantisme au niveau de la communauté et par un maillage de celle-ci. Nombre de ces mêmes tactiques pourraient être employées par les patriotes, Nationalistes et survivalistes pour bâtir et agrandir le Réseau du Mur de Boucliers à notre profit.
Saul Alinsky, le juif communiste qui a inspiré Barack Obama et Hillary Clinton, ne jurait que par la création d’organisations, pas de mouvements. Alinsky est mort en 1972 et son ouvrage très influent “Pour une action directe non violente” (Rules for Radicals) a été publié il y a 45 ans, mais il vaut le coup d’être lu par nous aujourd’hui. Ecoutez bien…
Article de 2014 tiré d’AlterNet :
“Les recommandations les plus durables d’Alinsky ne sont pas ses directives tactiques bien connues comme “le ridicule est l’arme la plus puissante de l’homme” ou “le pouvoir n’est pas ce dont vous disposez, mais ce que l’ennemi croit que vous avez”. Ce sont plutôt celles incorporées dans un ensemble de pratiques organisationnelles et de prédispositions, une approche précise pour monter en puissance au niveau des communautés locales. Traînez un peu dans des mouvements sociaux et vous serez à coup sûr confronté aux lois de l’organisation d’une communauté façon Chicago : “Ne parlez pas idéologie, juste des problèmes. Pas de politique électorale. Bâtissez des organisations, pas des mouvements… Concentrez-vous sur le voisinage et sur des objectifs concrets, atteignables.”
La suite de l’article est une discussion sur la façon dont les principes d’Alinsky ont été mis en pratique, avec différents degrés de succès par des organisations ultérieures comme le Tea Party. Quand vous lirez cet article, regardez bien les réponses à ces questions :
Quelle est la différence entre une organisation et un mouvement ?
Quel genre de participant devrait rechercher une organisation ?
Comment doit-on choisir les objectifs et les priorités d’une organisation ?
Comment une organisation devrait essayer d’atteindre ces objectifs ?
Jusqu’à la prochaine réunion du Réseau du Mur de Boucliers, lisez cet article et commencez à réfléchir à la façon dont nous pourrons appliquer à nous-mêmes ces principes d’organisation.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s